Appel de bibliothécaires du Liban aux congressistes de l’IFLA réunis à Séoul du 20 au 24 Août 2006

Publié le par collectif bibliban

Les bibliothécaires du Liban ne pourront pas cette année participer en nombre au congrès de l’Ifla. L’agression israélienne sur le Liban, qui est aujourd’hui suspendue, a fait en un mois plus de 5000 victimes tuées ou blessées, des civils pour la plupart dont plus de 30% sont des enfants, détruit en quelques heures toute l’infrastructure du pays, fait subir à une population terrorisée, dont le quart est aujourd’hui déplacé, un blocus par air, terre et mer qui l’étouffe.

Des collègues bibliothécaires ont aujourd'hui perdu leurs maisons, se sont retrouvées déplacées dans leur propre pays et, à l'égal de très nombreuses personnes, ont aujourd'hui perdu leur emploi.

 

Les répercussions de cette guerre sont graves tant sur le plan économique que social, éducatif, culturel, humain et psychologique, un nombre d’entreprises et d’institutions ayant été détruites ou ayant dû fermer leurs portes.

Le Liban connaissait depuis l’année 2000 une dynamique pour la création et l’animation de bibliothèques publiques avec un réseau de soixante dix bibliothèques. Aujourd’hui 30 bibliothèques publiques sont fermées ou détruites. Sans compter les bibliothèques scolaires et universitaires, ainsi que les écoles elles-mêmes, abandonnées ou détruites ou transformées en refuges pour les familles déplacées. Des centres culturels et de documentation, mémoire du pays, ont été bombardés et détruits.

La Bibliothèque Nationale du Liban a connu déjà les ravages de 16 années de guerre. Tous les efforts pour remettre sur pied cette institution risquent aujourd’hui de s’avérer inutiles, et l’équipe risque de se disperser, les contrats de travail ayant été suspendus.

Face à cette agression, les bibliothécaires du Liban cherchent à répondre aux besoins nouveaux imposés par le déplacement forcé des populations. Dans les lieux moins exposés, dans les montagnes, les bibliothèques qui ont pu rester en activité ont vu leurs espaces investis par un nombre considérable d’ « usagers ». Dans les écoles et jardins transformés en refuges précaires, des volontaires organisent des animations pour ces enfants traumatisés. Un mouvement de solidarité parmi les bibliothécaires français a déjà permis l’achat d’une partie du matériel nécessaire à ce travail.

Nous appelons les associations de bibliothécaires dans le monde à prendre position contre la destruction d’un pays connu pour son dynamisme, son rayonnement culturel au sein du monde arabe et sa diversité que reflètent son réseau de bibliothèques, et à s’engager dans toute action qui concoure au maintien des cessez le feu et au respect des frontières afin qu’à l’avenir nous ne voyions plus une fois de plus détruit ce que nous aurons reconstruit.

Nous invitons les collègues bibliothécaires à manifester leur solidarité morale et matérielle avec les bibliothèques du Liban qui peuvent constituer un instrument précieux pour la paix et la tolérance.

 

Tous ensemble nous devons œuvrer pour que soit trouvée une solution durable qui permette au peuple libanais de vivre dans la paix et la dignité.

Un blog a été lancé pour informer sur la situation des bibliothèques du Liban : http://bibliban.over-blog.com.

Signataires : Marie Helène Bastianelli (mise à disposition du Ministère de la Culture du Liban) , Hala Bizri (Bibliothèque Nationale du Liban), Ismail Chahine (Bibliothèque de Hermel) , Sawsan al Habre (Lebanese American University), Hilda Nassar (Saab Medical Library, American University of Beirut, IFLA / RSCAO Information Coordinator), José de Raulin (Bureau du livre, Ambassade de France au Liban), Maud Stéphan (Université Libanaise), Elsa Zakhia (Institut Français du Proche-Orient).  

Publié dans communiqués

Commenter cet article

Javier Gimeno Perelló 22/08/2006 13:42

Como ciudadano, deseo expresar mi indignación ante los crueles crímines del ejército y del gobierno israelí contra el pueblo libanés y palestino y exigir que el alto el fuego sea permanente y la justicia internacional juzgue y castigue a los culpables, que sabemos quiénes son: los gobiernos israelí y estadounidense. Como bibliotecario, me solidarizo con todos los colegas bibliotecarios libaneses en el repudio a la destrucción de bibliotecas y demás bienes e instituciones culturales y patrimoniales de El Líbano, y ofrezco mi modesta colaboración y la difusión entre el colectivo profesional de mi país de toda la ayuda posible para contribuir a la recuperación de las bibliotecas y fondos destruidos por los invasores.
Mi más afectuoso abrazo solidario
Javier Gimeno Perelló
Bibliotecario de la Universidad Complutense de Madrid
Presidente de la Asociación "Bibliotecarios por la Paz"