Mahdi

Publié le par collectif bibliban

 
Mahdi,
 
Un enfant parmi les autres. Tu étais assis à côté de moi, par terre, si tu te rappelles.
Je croyais, par mon enthousiasme, et le peu d’expérience que je possède, pouvoir vous introduire tous, dans le monde du livre : « AL’AMLAK » (Le géant). Il avait de gros pieds ; tes pieds, qui ont parcouru de longues distances à la recherche d’un abri, étaient petits. Il avait de gros mains, les tiennes étaient petites et handicapées !
C’est  à ce moment là, que tu m’as invité à te regarder droit dans les yeux, comme pour te poser des questions auxquelles tu ne sauras jamais répondre.
 
Les yeux affamés de tes amis m’invitaient à continuer l’histoire, à poursuivre le parcours du  rêve vers ce monde féerique des livres. Ce que vous cherchiez était ce rapport humain, ce contact chaleureux, ce moment d’accueil.
 
Les livres déposés avec anarchie, dans les boites à côté de vous, vous rappelaient un chez soi perdu, mais jamais oublié, un rendez-vous prochain avec vos petites choses aimées.
 
Tes mains fragiles, ne m’ont pas fait croire que tes pieds le sont aussi.
Pourtant, tu te précipitais comme tout les enfants pour prendre un livre, ou jouer au ballon.
 
Aussi petite qu’elle soit, je commençais à sentir que la bibliothèque était pour vous, beaucoup plus ouverte que nous ne pouvons l’imaginer.
Dans notre petit espace, vous avez ouvert de nouvelles portes. Vous avez commencé à adapter les activités à vos besoins, à parcourir les pages blanches avec vos plumes mouillées, il en sortait de vrais tableaux.
 
… Le dernier jour, tu n’étais pas à l’aise, tu n’as pas voulu te séparer de ton papa, et ta maman était inquiète. Tu  nous as quitté sans écouter l’histoire.
… Et mon histoire avec toi, n’avait pas encore trouvé sa fin.
… Histoire inachevée, qui cherche à être racontée.
 
J’imagine pouvoir te rencontrer encore une fois, dans ton village peut-être, avec ta sœur jumelle Zainab. J’imagine toujours ses mèches noires et sa robe rose.
Je me rappelle du jour où tu t’es approché de moi, avec confiance pour avoir un bisou .
 
Mes bisous, je te les envoie toujours, Mahdi.
 
Norma Nacouzi, Bibliothèque publique de Mtein

Commenter cet article