Les librairies de Beyrouth, en cet été difficile

Publié le par collectif bibliban

Beyrouth dispose de belles librairies, sans commune mesure avec celles que l’on peut trouver dans les différents pays de la région, avec de belles vitrines et un bon choix des titres les plus recents parus en arabe, français et en anglais.  Leur activité a été réduite au minimum cet été, et en cette fin d’août l’activité reprend tout doucement, 30% selon quelques libraires[1]. La presse internationale commence timidement à arriver. Mais la vente des livres scolaires, qui constitue une part très importante de l’activité des librairies, est retardée par le blocus. De plus, certaines librairies n’avaient pas eu le temps, début juillet, d’assurer les livres requis pour les lectures de vacances. Bon prétexte pour les élèves, et important manque à gagner pour les libraires ! Durant la saison d’été, beaucoup comptaient aussi sur la clientèle des touristes et libanais de passage, demandeurs des guides touristiques et d’ouvrages d’information sur le Liban. Il faut espérer que l’action entreprise par les bibliothèques et les associations pour la promotion de la lecture puisse à long terme donner une dynamique au marché interne du livre, indépendamment des aléas de la situation politique ou sécuritaire.  


[1] Carla Henoud. « Les librairies à l’heure des bilans : La culture en veilleuse » in L’Orient le Jour, mercredi 30 août 06. Article sous droits réservés
 

Publié dans état des lieux

Commenter cet article